help_outline Skip to main content
Shopping Cart
cancel

Recent News

Lettre du Conseil exécutif de Location Maroc

Conseil exécutif de l'IAWJ



Le Maroc et les droits LGBTQI

 

Un certain nombre de personnes ont exprimé des inquiétudes au sujet du Maroc en tant que lieu de conférence. Les questions soulevées sont doubles : la pertinence de tenir une conférence dans un pays qui criminalise les relations homosexuelles et la sécurité des participants.

 

Pertinence du Maroc comme lieu de rendez-vous

 

Une force de l'AIFJ a toujours été qu'elle a accueilli des divergences de vues sur de nombreuses questions sur la base que, en tant que femmes juges, nous pouvons apprendre, nous respecter et nous soutenir mutuellement même si nous ne sommes pas toujours d'accord sur tout. Nous sommes toujours en mesure de travailler ensemble pour renforcer l'égalité des sexes et l'état de droit et travailler à assurer un système judiciaire diversifié qui reflète la société qu'il sert.

 

Dans le passé, nous nous sommes appuyés sur le pouvoir de l'éducation et de l'exposition aux normes internationales des droits de l'homme pour opérer des changements, en commençant par nous concentrer au début de l' organisation sur la violence domestique et plus récemment sur le VIH/sida, la traite et la sextorsion. Nous avons également eu des programmes sur le leadership pour les femmes, y compris les chefs traditionnels (comme les reines mères au Ghana).

 

Dans de nombreux pays, nos efforts et ceux de nos associations affiliées ont contribué à des changements réels et durables de la législation et de la pratique. Nous avons obtenu ces résultats non par l'exclusion mais par l'inclusion et le dialogue. Et patience. Les changements apportés aux lois, et plus important encore, les changements d'attitudes et de pratiques enracinées de longue date, ne se produisent pas du jour au lendemain.

 

L'organisation de conférences dans des juridictions comme le Maroc crée une opportunité de dialogue, à la fois formel et informel, sur les droits LGBTQI. En restant à l'écart, nous renoncerions à la possibilité d'avoir ces conversations importantes.

 

L'IAWJ a actuellement un projet au Botswana sur la promotion d'une justice inclusive pour les personnes LGBTQI. Au Botswana, la criminalisation des actes sexuels entre personnes du même sexe a été déclarée inconstitutionnelle en juin 2019, une décision qui a été confirmée en novembre 2021 après un appel du gouvernement. Le programme de justice inclusive au Botswana fera partie du programme de la conférence au Maroc. Ce sera une séance très importante. Le programme illustre comment l'IAWJ et nos chapitres nationaux peuvent travailler au sein de sociétés socialement conservatrices pour faire progresser les droits LGBTQI.

 

Il convient également de noter que les lois dépénalisant les actes homosexuels sont relativement récentes dans de nombreux pays. Par exemple, la dépénalisation de l'activité sexuelle entre hommes (les relations sexuelles entre femmes n'ont jamais été soumises aux mêmes restrictions légales) n'est intervenue qu'en 1967 en Angleterre et au Pays de Galles, en 1969 au Canada, en Nouvelle-Zélande en 1986 et en Australie entre 1975 et 1997. à 1962, les 50 États américains ont criminalisé l'activité sexuelle entre personnes de même sexe et ce n'est qu'en 2003 que la majorité de la Cour suprême dans Lawrence v. Texas a explicitement annulé Bowers v. Hardwick , une décision de 1986 qui a conclu que les lois sur la sodomie étaient constitutionnelles. Avant Lawrence v Texas , les activités sexuelles entre personnes du même sexe étaient illégales dans quatorze États américains, à Porto Rico et dans l'armée américaine.

 

Le changement est clairement en marche. Selon l' ONUSIDA , en 2018, la proportion de la population mondiale qui vivait dans des pays qui criminalisent les relations sexuelles entre personnes de même sexe a chuté d'environ 40 % à 23 % suite à la décision de la Cour suprême indienne qui a décriminalisé tous les rapports sexuels consentis entre adultes. Il s'agit de la plus forte baisse annuelle depuis que la Chine a décriminalisé les relations sexuelles entre personnes de même sexe en 1997.

 

Selon la mise à jour 2020 de l'examen de la législation mondiale sur l'homophobie parrainée par l'État de l'Association internationale des lesbiennes, gays, bisexuels, trans et intersexes, 67 pays des Nations Unies ont des lois criminalisant les mêmes actes sexuels, contre 72 en 2017. La moitié de ces États se trouvaient en Afrique. Et il existe des arguments convaincants selon lesquels au moins certaines de ces lois sont en elles-mêmes un héritage de la colonisation. Plus récemment, le durcissement des attitudes dans certains pays d'Afrique a été imputé, du moins en partie, aux militants américains anti-gays en visite. Cela en soi suggère la sagesse de poursuivre le dialogue et de ne pas éviter d'avoir des conférences dans ces pays (tant qu'il est sûr pour tous nos membres d'y assister).

 

Il convient également de se demander où nous arrêterions -nous si nous décidions qu'il serait inapproprié de tenir des conférences biennales dans certaines juridictions. Devrions-nous limiter les lieux aux pays qui n'ont pas de lois discriminatoires et/ou à ceux qui respectent et protègent les droits de l'homme en général ?

 

Si nous limitions les conférences aux pays n'ayant pas de lois discriminatoires, cela laisserait peu de salles de conférence disponibles. La Banque mondiale, dans son rapport 2022 sur les femmes, les entreprises et le droit , a déclaré que, selon son indice, seules douze économies obtiennent un score de 100, ce qui signifie que les femmes sont sur un pied d'égalité avec les hommes dans tous les domaines mesurés. En moyenne, dans le monde, les femmes n'ont que les trois quarts des droits légaux dont jouissent les hommes.


Si nous limitions les conférences aux pays où les droits de l'homme sont pleinement respectés et protégés, il est peu probable que nous puissions organiser une conférence biennale n'importe où. L'un des sujets de la conférence biennale qui s'est tenue à Auckland en 2021, par exemple, était les effets durables de la colonisation sur la position des peuples autochtones en Nouvelle-Zélande, au Canada et en Australie. Il convient également de noter la discrimination persistante (incluant souvent la violence) contre les communautés LGBTQI, handicapées et minoritaires, même dans les pays sans lois ouvertement discriminatoires.

 

Les politiques qui restreignent les lieux de conférence à certains pays risqueraient que certains de nos membres se sentent exclus et susceptibles de se trouver dans les pays où les femmes juges ont le plus besoin de notre soutien. Cela semblerait contre-productif pour la promotion d'un changement durable.

 

Sécurité des participants

 

C'est la politique de l'AIFJ (telle qu'énoncée dans les directives de la conférence) que tous nos membres doivent pouvoir assister à la conférence biennale s'ils le souhaitent. Lorsque le Conseil a choisi le Maroc comme lieu de la conférence biennale, la question des juges lesbiennes a été soulevée. Le Conseil a été assuré par la juge Mina Sougrati (actuelle vice-présidente de l'AIFJ et la personne qui a présenté la proposition marocaine) que Marrakech est une ville touristique moderne et qu'il n'y aurait aucun problème à ce que les juges lesbiennes et leurs épouses ou partenaires puissent assister à la conférence en toute sécurité.

 

Depuis, nous avons demandé à Mina de développer ses conseils. Elle a assuré au Conseil que, malgré la situation juridique, il existe un grand degré de tolérance envers la communauté LGBTQI (et en particulier envers les étrangers et les touristes) au Maroc. A titre d'exemple, Yves Saint Laurent, avec son associé Pierre Bergé, a acheté une maison à Marrakech dans les années 1960 où ils passaient la plupart de leurs vacances. Le Maroc a inscrit leur maison au patrimoine marocain et a ouvert un musée en hommage à la vie d'Yves Saint Laurent et Pierre Bergé et au temps qu'ils ont passé à Marrakech. Mina note également qu'Elton John s'est produit au festival de musique Mawazine en 2010 et qu'un festival international du film se tient chaque année à Marrakech avec des invités de l'industrie du monde entier.

 

De nombreuses conférences internationales se sont tenues ces dernières années (pré covid) à Marrakech. Il s'agit notamment du Forum international des femmes, qui s'est réuni à Marrakech en 2012, de la conférence sur le changement climatique (COP 22) qui s'est tenue à Marrakech en novembre 2016 et de la 61e réunion annuelle de l'Association internationale des juges qui s'est tenue à Marrakech en octobre 2018.

 

Un récent indice de sécurité des voyages LGBTQI ( https://www.asherfergusson.com/lgbtq-travel-safety/ ), tout en plaçant le Maroc au 170e rang sur 203 pays, a déclaré : « Le Maroc n'applique que sporadiquement sa loi anti-LGBTQ+ et ne l'appliquer dans des stations balnéaires comme Marrakech. C'est surtout une loi qui existe toujours à cause de la morale islamique. Le Maroc a même un groupe de défense des droits LGBTQ + et est largement considéré comme tolérant. Il existe plusieurs opérateurs de voyages touristiques qui organisent des circuits de groupe LGBTQI dédiés au Maroc, tels que TravelGay , Out Adventures, Out of Office et Venture Out. En général, le tourisme est une industrie majeure au Maroc et des villes comme Marrakech sont habituées à accueillir un large éventail de visiteurs.

 

Tout cela signifie que les juges lesbiennes et leurs épouses ou partenaires pourront assister à la conférence biennale marocaine en toute sécurité. Nos membres doivent cependant noter qu'au Maroc, les démonstrations d'affection en public ne sont pas considérées comme appropriées. Cela s'applique à tous, y compris aux couples hétérosexuels.

 

Meilleures salutations,

Conseil exécutif de l'Association internationale des femmes juges


L'Association internationale des femmes juges est une organisation à but non lucratif 501 (c) (3) et une ONG dotée du statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social des Nations Unies.